Mise à jour :
3 juillet 2015

ADEVA Villebéon - Association de Défense de l'Environnement de Villebéon et des Alentours

417284 visiteurs depuis mai 2005
Villebéon, le samedi 16 décembre à 14h04
Publié le 10 décembre 2007
Tous droits réservés
Merci d'acheter le journal
Logo de La République de Seine-et-Marne

ADEVA veille sur l'environnement du Bocage

L'assemblée générale d'ADEVA s'est tenue le mois dernier en présence de Christian Frot, conseiller général et maire d'Egreville, et d'élus et représentants d'associations de la région. Nicole Barrois, sa présidente, a présenté avec Luc Grellet les bilans. Créée au printemps 2005 à cause d'une carrière de chailles, l'ADEVA s'engage en 2006 contre le projet d'éoliennes industrielles toujours sur Villebéon : gagnante sur ces deux projets, l'association réaffirme sa vigilance cette année et amène sa réflexion pour protéger ce cadre de vie rural et son environnement (qualité de l'eau, SDRIF, la biodiversité, etc.).

Entre temps, elle s'est ouverte vers d'autres associations come le Groupe écologique de Nemours et environs (GENE) ou s'intéresse à des chartes comme l'Agenda 21 du Conseil général.

Parmi ses thèmes : préserver les chemins et petits bois, fractionner l'espace, les suites de la monoculture ou d'une urbanisation mal gérée. Elle soutient le nettoyage du village (club CPN), est présente lors d'une alerte chimique sur le Dardou... Et elle partage aussi son expérience au sujet des éoliennes industrielles avec l'ADERE, l'AGAPE, l'APPGS – Gâtinais sud, les Amis de Thorigny-sur-Oreuse ou participe à la manifestation du 6 octobre à Paris. Car d'autres projets naissent, comme des champignons, autour et sur les régions toutes proches (Bourgogne et Centre). Des témoignages fusent sur la rapidité de réactions des associations nées ça et là, grâce à l'ADEVA déjà existante. Par cette réactivité qui permet de tenir la population informée, nombre de projets seront abandonnés.

Mais une carte de la Diren, présentée lors de ce bilan, montre les projets des 8 ans à venir : « un mitage du paysage avec 10 fois plus d'éoliennes et les terrains autour qui ne seront plus constructibles en cas de vente. Dix mille éoliennes, ça fait environ 100 par département ! Les bâtiments semblent mieux protégés que les habitants : 5 km dans les schémas de protection (ex : Larchant-Guercheville), ce n'est pas autant pour les gens. » Une éolienne ça se voit, une éolienne ça s'entend comme la goutte d'eau qui tombe inexorablement et finit par résonner terriblement... Vigilance, information et mobilisation, trois mots-clef ressortent dans les exemples cités.

« La prévention c'est aller aux conseils municipaux, car dès l'étude de faisabilité c'est déjà le doigt dans l'engrenage ». Nicolas Sarkozy est cité : « voir ce qui se passe dans certains pays ne donne pas envie... Les installer dans des friches industrielles ».

Puis, Florence Habez présente les finances excédentaires, grâce au nombre d'adhérents et le choix de baisser la cotisation en retour (10 € pour les actifs). La conclusion de cette réunion très foisonnante, et des réactions du public comme par exemple diminuer la pollution lumineuse, reste que l'environnement a besoin de l'aide de chacun.

Non à l'éolien industriel Recherche Haut de page Contact À propos du site