Mise à jour :
3 juillet 2015

ADEVA Villebéon - Association de Défense de l'Environnement de Villebéon et des Alentours

413091 visiteurs depuis mai 2005
Villebéon, le samedi 21 octobre à 2h59
Publié en octobre 2007
Tous droits réservés
Revue de l'Énergie n° 579

Quelles énergies pour l'avenir ?

Extrait de l'article de Marcel Boiteux,
membre de l'Académie des Sciences morales et politiques, ancien président d'EDF

L'éolien reste très coûteux eu égard à sa mauvaise qualité : c'est une forme d'énergie non garantie dont l'installation exige l'édification parallèle de moyens classiques de production sûrs, tels les turbines à gaz. Encombrantes et bruyantes, les éoliennes ne se développent en France qu'en raison des généreuses subventions que procure leur construction. Ce propos critique ne vaut pas condamnation de cette forme d'énergie renouvelable. La question posée est seulement de savoir s'il ne vaudrait pas mieux que l'argent ainsi gaspillé soit consacré, en partie au moins, à faire progresser la recherche sur les matériaux et la régulation de ces engins.

On entend dire parfois que si l'on avait consacré autant d'argent à l'énergie éolienne qu'à l'énergie nucléaire à l'époque, on n'en serait pas là. Grossière erreur de raisonnement. Quand une percée dans la connaissance fondamentale — ce fut le cas pour le nucléaire — ouvre aux ingénieurs un nouveau domaine, encore inexploré, il vaut la peine d'y mettre beaucoup d'argent pour en tirer profit le plus largement et le plus rapidement possible. Sinon, il faut se résoudre à progresser pas à pas, années après années, au rythme du progrès général des techniques et des matériaux, et il ne sert à rien d'y engouffrer des fortunes. C'est le cas pour les éoliennes.

Non à l'éolien industriel Recherche Haut de page Contact À propos du site